Translate

vendredi 7 septembre 2007

Me, myself et Monmon


Mon fils a 14 ans aujourd'hui. Pas croyable. Vous savez, il existe une manne de phrases toutes faites que des parents disent à propos de leur état parental et de leur progéniture. Elles peuvent commencer par "quand j'avais ton âge", "moi quand les miens faisaient ça", "ils vont finir par me rachever", "qu'on me tue, mais qu'on me laisse dormir", et toutes sortes d'autres affirmations qui ne varient pas tant que ça finalement, l'état parental étant ce qu'il est.


Il y a fort à apprendre quand on devient parent. Encore plus quand on met au monde un être à part. Et plus on a de petits, plus on en a à savoir. J'ai mis au monde il y a 14 ans un spécimen souffrant de rogerbontenisme. Son sport préféré, laisser traîner ses chaussettes. Son leitmotiv: si je retarde assez longtemps, tout en promettant de le faire bientôt, il y a de fortes chances que quelqu'un d'autre le fasse à ma place. En quoi cela fait-il de lui un être exceptionnel, me direz-vous, tous les adolescents sont comme ça... Et bien non madame! il n'y a qu'un seul Monmon. C'est une espèce rare et unique, un mélange exclusif de gaffes et de gags volontaires et involontaires, un feu roulant ( roulant pas vite mais roulant) de situations dramatico-pocheton.

Je ne suis pas un bon public. Des fois c'est comme (comment dire) trop? Je reste éberluée de toutes ces situations qui s'enchaînent comme dans un mauvais épisode des "gags". Je vous raconte la dernière en liste.


Certaines personnes ont peut-être eu l'infortune de perdre leurs lunettes lors d'une expédition en rafting, le canot chavirant, tombant à l'eau ou autres. Il y a 1 semaine, mon fils revient d'une telle expédition, le visage vide de tout accessoire, et de toute expression. On s'entend qu'ayant des verres correcteurs depuis l'âge de 15 mois, quand il ne les a pas, y'a comme keke chose qui manque. Panique totale de la mère qui s'enquiert : "ohmondieuquestcequiestarrivéestutombéàleaulecanotastuchaviréquestcequisestpassépourlamour dubondieu!!! et là j'ai respiré un coup... ;o)


"mé ro ren race", balbutia-il ou grommelu-r-il ou peut-être soliloqueta-t-il. Avec le recul, je me suis rendue compte qu'il aurait préféré que je comprenne à mi-mots. Mais les mères sont parfois d'impitoyables tyrans.


"Ben voyons, Simon, remâches moi cette phrase et répète!", en priant secrètement pour que ce brusque accès d'aphasie ne soit pas une séquelle définitive...


"Ben... laisse faire, rien..." phrase impardonnable...


"bon donc, si il n'y a rien, met tes lunettes et va te laver les mains, on va bientôt manger." L'évocation de la possibilité de se nourrir le plonge habituellement dans un état proche de l'extase mais là, niet...que dalle.


Aucune réaction, le bout du pied gauche tourne sur place. Il semble être dans un état second. Je repense à la situation, énumère les symptômes : air absent, aphasie soudaine, pâleur et sueurs. Serait-ce une commotion, une fracture du crâne?


"Sim, coudonc arrête tes conneries là. Qu'est-ce qui se passe? As tu eu un accident ou pas?"


"Ben j'sais pas trop, minauda-t-il, la voix tremblotante (pauvre ti-poussin, mais boutd'viarge, vas-tu enfin parler!!!), j'pense que tu s'ras pas vraiment contente, mais là...mais là...Et là, faites vous une bonne photo dans votre tête, les yeux de ce ti-tagneau se remplissent de larmes et le flot d'émotions veut l'emporter...


"Ok buddy, paniques pas, si t'es pas capable de me le dire, prend un papier et écris moi le d'abord...


Et mon fils de s'exécuter. Me tendant le papier, il chuchote " Huétoute viais ni", ce qui signifie"elle va me tuer de toute façon ma vie est finie". Vous l'ai-je mentionné, mon fils est un excellent comédien.


Je vous copie le rapport d'incident, textuellement.


Accident: j'ai perdue mes lunettes


Se qui est arriver: mes lunettes ont tomber dans la rivière métisse, il y a beaucoup de courant, mes lunettes sont parti au large. j'ai donner une claque dessus pour les faire tombé dans le canot, mais c'est tombé dans l'eau à la place.


comment c'est arriver: Me suis ramer trop proche de la face. (mé ro ran race)


Et là, faites vous une bonne photo dans votre tête...

Misère!

1 commentaire:

toujours (Manon R) a dit...

Récit très comique et en même temps je compatis avec toi LOL
Ouch des nouvelles nunettes...